Norvin Mukiele : « rester dans le monde professionnel »

Son nom vous dit peut-être quelque chose, mais le connaissez-vous vraiment ? De l’Italie au Nîmes Olympiques, le buteur Norvin Mukiele a déjà un parcours atypique. Expérience à l’étranger, nom de famille reconnu et objectifs personnels, le numéro 9 Nîmois est la découverte Betips de la semaine.

Norvin Mukiele : « rester dans le monde professionnel »
Norvin Mukiele célébrant un but lors d'un match avec le Nîmes Olympique II cette saison. 

Son nom vous dit peut-être quelque chose, mais le connaissez-vous vraiment ? De l’Italie au Nîmes Olympiques, le buteur Norvin Mukiele a déjà un parcours atypique. Le joueur de 21 ans, arrivé en cours de saison, est un acteur majeur de la remontée au classement de N3 de son club. Expérience à l’étranger, nom de famille reconnu et objectifs personnels, le numéro 9 Nîmois est la découverte de la semaine. Il s’est livré pour Betips en amont de son match contre Salinières.

• Tout d’abord, parle-moi de toi en 30 secondes. Hors football, qui est Norvin Mukiele ?

N.M. : Dans la vie de tous les jours, je suis une personne assez calme. Je ne me pose pas de questions et je suis dans mon coin : je suis assez solitaire en fait.
Je pourrai donner trois mots pour me définir : donc calme, persévérant et la religion, c’est nécessaire pour moi.

  • Et la date la plus importante pour toi, ça serait laquelle ?

N.M. : Franchement, je n’ai pas forcément de dates qui sont vraiment importantes à mes yeux. Il n’y en a qu’une : le 2 janvier 2020, ma première signature dans un club pro.

Parcours rempli de détermination 💪

• Aujourd’hui tu es à l’équipe B du Nîmes Olympiques, comment ça a commencé pour toi ?  Comment es-tu arrivé dans cette équipe ?

N.M. : Au début d’année 2022, j’étais sans club et je connaissais un agent, on s’était déjà vu 2 ans auparavant, il m’avait vu jouer.
Déjà là, il m’avait parlé de clubs qui cherchaient un avant-centre parce qu’ils étaient un peu mal classés en championnat, dont Nîmes.

Donc j’y suis allé, d’abord en essai pendant une semaine ; après j’ai signé là-bas directement. C’était en janvier, donc je suis arrivé en cours de saison.

• Là, c’est la fin de saison de N3, vous avez un match dimanche (Salinieres) et ton dernier but c’était contre Narbonne. Il faut passer devant Castanet et Blagnac, comment le sens-tu ?

N.M. : On se sent plutôt bien. On n’a plus perdu depuis 7 matchs. La dernière défaite c’était Toulouse. On est vraiment bien, en confiance ; petit à petit on croit en nous. On pense qu’on va réussir à se maintenir.

• À quoi vois-tu que c’est faisable ?

N.M. : Franchement, ça fait plusieurs matchs qu’on enchaine les victoires et ça fait un moment qu’on n’a plus perdu. Donc on est en confiance, on prend nos points et on attend un faux pas devant nous.

• Restes-tu à Nîmes s’il y a relégation ?

N.M. : Compliqué ... Ça serait compliqué parce que descendre en dessous de la N3, ce n’est pas ce que je vise. C’est un club que j’aime bien, je me suis senti bien directement à l’intérieur. C’est un club travailleur et j’aime cette mentalité, mais bien sûr que je vise un peu plus haut.

• J’ai vu que tu étais allé en Italie assez jeune. Au Torino, puis à la Messina. Y a eu un petit moment de creux non ? Que s’est-il passé ?

N.M. : A ce moment-là, j’avais des propositions pour rejoindre des clubs, mais seulement en Italie. Le souci est que mon expérience à Messina ne s’est pas très bien passée, je n’ai pas trop apprécié la Sicile.
Et je n’avais que des offres de clubs du sud du pays, en Sicile. Donc j’ai préféré prendre le temps de trouver un projet qui me corresponde mieux, plutôt que risquer une signature que je regretterai peut-être.

• Et comment gérais-tu le fait d’être loin de ta famille, alors que tu étais encore très jeune ?

N.M. : La première année où je suis parti, j’avais 18 ans et c’était au Torino (club de la ville de Turin en Italie), donc ce n’était quand même pas très loin de ma famille.
En revanche, la Sicile est vraiment au sud de l’Italie donc c’est vrai que ça m’a fait « bizarre » à ce moment là. Heureusement, il y avait pas mal de français au club, 4 ou 5 je crois, donc l’adaptation était plus facile.

• Qu’est-ce qui a fait que ça se passe mal là-bas alors ?

N.M. : Nous avons changé 3 fois de coachs en 5 ou 6 mois. Cela veut dire que, j’arrive là-bas grâce au directeur sportif et du 1er coach, qui me voulaient vraiment : ils m’ont vraiment influencé à venir dans ce club.
La direction l’a licencié au bout de 3 matchs …
Arrive un deuxième coach, qui n’était pas trop chaud pour me garder, donc j’ai dû prouver sur le terrain que je méritais ma place. J’ai réussi à gagner sa confiance, jusqu’à ce qu’il parte aussi.
Malheureusement, ça ne l’a pas fait avec le troisième coach, qui était déjà issu du club. Il avait entrainé le groupe la saison passée, donc il avait déjà son plan de joueurs en tête et ne m’a pas laissé de chances.

• Comment expliques-tu qu’ils se séparent aussi vite de leurs coachs ?

N.M. : J’avoue que je n’ai pas vraiment compris le fonctionnement là-bas, ni comment ils réfléchissaient. Ça m’a aidé à prendre ma décision de ne pas rester au club, avant même la fin de saison.
Quand tu ne te sens pas bien, ça se reflète sur le terrain, encore plus quand tu es un attaquant.

• Et aujourd’hui à Nîmes ?

N.M. : Très bien, cela se passe super bien, franchement. Je suis revenu en France, dans un club professionnel, c’est ce que je voulais et tout se passe super bien.

• Il y a de quoi être fier …

N.M. : Oui, et je suis revenu avec un objectif. Parce que quand je suis arrivé, le club était dernier ; à l’heure actuelle, on est remonté de deux places au classement, à égalité de points avec les deux équipes devant nous. Donc je suis là pour aider et surtout maintenir l’équipe en fin de saison …

Triple N 🩸

• Tu as un petit frère, Nordan, qui a fait la coupe Gambardella avec Rennes. On sait que ça aide bien les jeunes talents à se montrer en France. Avec du recul, regrettes-tu un peu d’être parti jeune et ne pas vraiment avoir connu ça ?

N.M. : Je ne regrette pas trop d'être parti si jeune, parce qu’aucuns clubs en France ne me voulaient à cet âge-là. J’ai eu l’opportunité, en U19, de la disputer malgré tout. J'étais à Torcy, et nous sommes allé jusqu'en huitièmes de finales, c'est Bordeaux qui nous avait sorti.

Et directement après, j'ai commencé à discuter avec le club Italien de la SPAL, puis le Torino. C’est le genre d’équipe que tu ne peux pas refuser. Donc non, aucun regret là-dessus.

• J’ai vu que tu étais évalué à 25k sur Transfermarket. Qu'est-ce que cela fait, quand on a 21 ans, d’être « évalué », encore plus à 25K ?

N.M. : C’est sûr que ça fait plaisir, mais comme on voit d’autres joueurs qui sont évalués à bien plus haut, on reste lucide. Mais c’est quelque chose qui fait plaisir ; la première fois que je l’ai vu, ça m’a fait bizarre.😄 Maintenant, je veux monter plus haut !

• Y’a un autre Mukiele qui est bien évalué. Bon Nordan est encore un peu jeune, mais il y a Nordi. À quelques millions de plus, 25M selon le même site. Ça représente quoi pour toi ?

N.M. : C’est une fierté et un exemple ! C’est mon grand frère. On est obligé de faire comme le grand frère, de vouloir un parcours comme le sien et de s’en inspirer. En tout cas, ça serait fantastique. Après, chacun son parcours évidemment, mais j’ai un très grand respect pour son parcours, parce qu’il a fait que monter.

• Il n’a pas essayé de te prendre avec lui ? Comme Nabil Fekir avait fait avec son frère au Bétis ? 🤣

N.M. : Je pense que je n’étais pas trop bon  😂 , je devais progresser.

Là, à l’heure actuelle, je trouve que je suis bien. J’ai bien progressé et je suis sûr de pouvoir continuer à le faire, jusqu’à monter là-haut.

• Tu penses qu’aujourd’hui, tu aurais le niveau pour jouer un peu plus haut ?

N.M. : J’ai un profil assez atypique. Je joue dos au but. Donc ça m’avantage, et je pense que je m’approche du niveau d’une Nationale, voir d'une Ligue 2 Française s'il faut rêver un peu et que je continue à progresser comme je le fais en ce moment. 👀

• Y’a une info qui est tombé ce matin (le 11/05), comme quoi le RB lâcherait Nordi pour 10M. Et que le Paris Saint Germain serait intéressé. T’en penses quoi toi ?

N.M. : C’est sûr que s’il revient en France : ça m'arrangerait. 🤣 On se retrouverait tous les trois, ça serait plus facile pour se voir, plus facile pour nos parents aussi ... Parce que, là, on se voit tous en décembre surtout, donc quelquefois ça peut être compliqué pour eux.

Après, ça reste flatteur et je suis encore plus fier de lui. C'est que mon frère est devenu un top joueur à son poste s’ils sont intéressés ; on parle quand même du PSG. C'est un grand club européen.
Mais ça reste sa carrière. Peu importe son choix, on doit le respecter.

• L’idée qu’il soit sélectionné pour la Coupe du Monde à la fin de l’année, c’est atteignable pour toi ? 🇫🇷

N.M. : Franchement je crois en lui ! Il a les qualités pour, et il le sait. Nordi est sélectionnable et a déjà été appelé par Didier Deschamps ; donc il peut très bien prendre sa place à droite.

Place au futur ⏳

• C’est quelque chose auquel tu as déjà pensé toi ? À rejoindre une sélection ? Comme la République Démocratique du Congo, dont tu as aussi la nationalité ? 🇨🇩

N.M. : Ça a été dans un coin de ma tête quand j’ai signé au Torino, dans un club professionnel assez renommé. Mais actuellement, je monte petit à petit en niveau donc je n’y pense plus vraiment. On verra en fonction de mon évolution, mais ça reste une sélection, c’est quelque chose de grand.

• Et après Nîmes, tu veux franchir quel palier ?

N.M. : J’espère atteindre l’équipe première et rester dans le monde professionnel que j’ai effleuré au Torino, et actuellement. C’est vraiment mon objectif.

• Du coup, ce serait pour se rapprocher de qui ? Qui est ton modèle ? Le genre d’attaquant que tu voudrais être ?

N.M. : L’attaquant auquel je ressemble le plus dans mon jeu, c’est Romelu Lukaku.
Il y a aussi Benzema que j’aime beaucoup, et Edinson Cavani. J’adore la détermination qu’il a sur le terrain, il se donne, il défend sur tous les matchs. C’est vraiment un joueur que j’aime beaucoup et dont je m’inspire.
Donc j’essaie vraiment de m’inspirer des trois, mais mon profil me fait plus penser à Lukaku.

Betips

• Pour finir, cette interview a été réalisée par Betips, tu penses quoi d’un projet comme le nôtre, de vouloir mettre un peu de sûreté dans le monde du pari sportif ?

N.M. : C’est vraiment une bonne chose, pour les parieurs. Parce que ce n’est pas pareil de parier ou non. Quand tu paris, tu vis vraiment le match, ça rajoute quelque chose en plus.
Donc c’est une bonne idée de vouloir protéger ce monde-là, qui peut être addictif pour certains. ⚠️

La saison du Nîmes Olympiques II n’a pas commencé de la meilleure des manières. Norvin et ses coéquipiers réussissent à redresser la barre, malgré une dernière défaite deux buts à zéro contre Salinières. Il leurs reste trois matchs pour engranger des points et gagner des places au classement. La dernière journée face à Castanet, concurrent direct au maintien, sera décisive. L’objectif, de remonter son club, est à portée de mains de notre buteur. L’équipe Betips souhaite maintien, et réussite à Norvin dans sa carrière. Ne nous oublie pas, quand tu seras tout là-haut.