Tennis : de la terre battue au gazon, les différences sur le jeu, résumé en 3 minutes

Comparatif du gazon et de la terre battue à travers Federer et Nadal

Tennis : de la terre battue au gazon, les différences sur le jeu, résumé en 3 minutes
Court central à Wimbledon, Londres. 

La saison sur terre battue touche à sa fin après Roland Garros, remporté une quatorzième fois par Rafael Nadal, et une deuxième fois par Iga Swiatek dans le tableau féminin. Qui dit fin de Roland Garros, dit préparation pour le troisième Grand Chelem de l’année. Le seul et unique sur gazon : Wimbledon. L’édition 2022 se déroulera du 27 juin au 10 juillet, et le tenant du titre n’est autre que le numéro 1 mondial, Novak Djokovic.

Au début de l’ère Open, en 1968, trois des quatre tournois du Grand Chelem se disputait sur gazon : Wimbledon, Open d’Australie, US Open.                   Aujourd’hui, le gazon est la surface la moins utilisée tout au long de l’année. Seulement un Grand Chelem sur quatre, et aucun Masters 1000 sur les neuf. La raison est évidemment économique (environ 60 000 euros pour un court) et météorologiques, mais aussi pour le jeu.

Avant les années 2000, cette surface verte était bien plus rapide qu’à l’heure actuelle. Le « service volé » était l’un des styles de jeu les plus utilisés. Cependant, les points ne durait pas plus de 3-4 échanges. Grosse première balle au service, puis montée au filet, fin de l’échange. Un jeu qui a fait fuir de plus en plus le public, en raison du manque de spectacle. Ce qui a engendré des pertes économiques. La surface a donc été ralentie dans les années 2000 à Wimbledon, mais reste toujours rapide.  

Le gazon, jardin de Roger Federer                                                                            

Bien qu’elle aie été ralentie à partir des années 2000, le gazon reste toujours une surface rapide. Avec la même force de frappe, la balle perd 30% de sa vitesse au rebond, en raison de l’herbe lisse, contre 40% sur terre battue. Le temps de réaction est donc diminué sur gazon, ce qui occasionne des échanges beaucoup plus courts. De plus, le rebond de la balle est plus bas sur gazon que sur terre. Par exemple, une balle tombant d’1m 80 rebondira jusqu’à 1m 30 sur terre battue, contre 1 mètre sur l’herbe. Ce qui nécessite une grande technique et une bonne adaptation.  Voilà pourquoi il est important de bien passer sa première balle au service.

Ce n’est donc pas pour rien que Federer adore cette surface, dans laquelle il a remporté 8 Wimbledon. Un record dans l'histoire.

Après un gros service ou un amortit, la balle va plonger, favorisant les jeux offensifs à la Roger, et compliquant la défense adverse qui doit être très réactive. Sur gazon, le jeu offensif de Federer est bien plus efficace que le lift de Nadal.

La terre de Rafael Nadal

Pour ceux qui viennent de débarquer sur la planète Terre, Rafa a décroché son quatorzième Roland Garros le 5 juin dernier. Même s’il était déjà considéré comme tel, Rafa montre qu’il est bien le meilleur joueur de tous les temps sur terre battue.

Cette surface orange est une surface beaucoup plus lente et défensive, avec des longs rallyes (longs échanges). De par son rebond plus haut et moins rapide, Nadal a le temps d’armer son coup droit en lift surpuissant, et d’aller chercher le point gagnant. Ce qui est plus difficile sur gazon avec un temps diminué.

La terre battue prend mieux les effets que le gazon. Imaginez juste le lift de Rafa avec 3200 tours / minute sur cette surface. Juste trop fort.

La rivalité « Fedal »

Nadal et Federer sont des joueurs iconiques, qui ont toujours été rivaux dans leur carière : Fedal. Bien qu’ils aient tout deux leur surface de prédilection, Rafa possède 2 Wimbledon sur gazon, et Roger, 1 Roland Garros sur terre battue. Leurs capacités d’adaptation sont sensationnelles. Ces deux monstres totalisent à eux-deux 42 titres de Grand Chelem : 20 pour Federer et 22 pour Nadal. Hallucinant.

En 2007, un match d’exhibition a eu lieu entre ces deux joueurs sur un court de tennis unique : mi terre - mi gazon. Des images qui resteront à jamais dans l’histoire de ce sport.